LeddarTech présente ses résultats pour le deuxième trimestre de l’exercice 2024

 

QUÉBEC, Canada, 15 mai 2024LeddarTech Holdings Inc. (« LeddarTech ») (NASDAQ : LDTC), une société de logiciels automobiles qui fournit des technologies logicielles de fusion bas niveau de capteurs et de perception reposant sur l’IA, innovatrices et brevetées pour systèmes avancés d’aide à la conduite (systèmes ADAS), de conduite autonome (systèmes AD) et de stationnement, est heureuse d’annoncer aujourd’hui ses résultats financiers pour le deuxième trimestre fiscal de 2024, qui s’est terminé le 31 mars 2024.

« J’ai le plaisir de porter à votre connaissance que nous avons réalisé des progrès significatifs auprès de plusieurs équipementiers automobiles et fournisseurs de rang 1 et que nous avons franchi plusieurs étapes importantes, notamment en répondant à des demandes de renseignements et de propositions, ainsi qu’en réalisant des preuves de concept et des démonstrations client conjointes.  Les progrès que nous accomplissons pour faire du logiciel LeddarVision™ de LeddarTech la référence en matière de fusion et de perception automobile, en partenariat avec des géants de l’industrie tels que Arm (NASDAQ : ARM), Black Sesame et Texas Instruments (NASDAQ : TXN), soulignent notre engagement constant en faveur de l’innovation.  Ensemble, nous sommes impatients de franchir de nouvelles étapes et de soutenir l’adoption à grande échelle de notre technologie d’avant-garde », a déclaré Frantz Saintellemy, président et chef de la direction de LeddarTech.

Développements technologiques et commerciaux récents

Engagement clients :

  • Réponse à des demandes de renseignements et de propositions pour une valeur de ventes logicielles d’environ 650 millions de dollars.
  • Démonstration de faisabilité probante auprès d’un important équipementier grand public.
  • Lancement d’un nouveau projet de démonstration de faisabilité auprès d’un fournisseur de rang 1 grand public.
  • Démonstrations et présentations client conjointes avec Texas Instruments (TI) pour le LVF (LeddarVision frontal); mise à disposition d’un kit de démonstration conjoint avec TI.

Développement de produits :

  • Nouvelles versions logicielles du LVF (LeddarVision frontal) et du LVS (LeddarVision périphérique) avec fonctionnalités améliorées : détection des véhicules à grande distance, stabilité de détection accrue, réduction des fausses alertes entourant les collisions…
  • Autres améliorations, dont la reconnaissance des panneaux de limitation de vitesse, une meilleure discrimination des alertes, la stabilité de l’égo-voie et la détection des fausses fusions de voies dans les scénarios autoroutiers.

Produits et collaborations industrielles :

  • 9 janvier 2024 : LeddarTech annonce qu’elle contribue à accélérer le développement de systèmes ADAS de niveau 2/2+ en lançant la solution logicielle d’aide à la conduite sur autoroute LeddarVision « premium » à vue périphérique sur une plateforme embarquée.
  • 13 mars 2024 : LeddarTech annonce collaborer avec Arm sur des véhicules définis par logiciel « prêts pour l’avenir ».

Faits saillants financiers du deuxième trimestre fiscal 2024[1]

Revenus : les revenus du deuxième trimestre fiscal 2024, qui s’est terminé le 31 mars 2024, se sont élevés à 1,9 million de dollars, comparativement à 0,5 million de dollars pour le trimestre fiscal qui s’est terminé le 31 mars 2023.  L’augmentation des revenus est attribuable à l’augmentation des recettes générées par l’exécution des dernières commandes d’achat de la division LiDAR.

Bénéfice brut : le bénéfice brut du deuxième trimestre fiscal 2024, qui s’est terminé le 31 mars 2024, s’est élevé à 0,2 million de dollars, comparativement à une perte de 0,8 million de dollars pour le trimestre fiscal qui s’est terminé le 31 mars 2023.  L’augmentation du bénéfice brut est attribuable à la hausse des revenus et à la comparaison avec une radiation ponctuelle liée aux activités de l’ancienne division LiDAR constatée durant le deuxième trimestre fiscal 2023.

Dépenses d’exploitation : les dépenses d’exploitation pour le trimestre qui s’est terminé le 31 mars 2024 se sont élevées à 12,9 millions de dollars, comparativement à 11,7 millions de dollars pour le trimestre fiscal qui s’est terminé le 31 mars 2023.  Cette augmentation est principalement attribuable à la hausse des charges au titre de la rémunération à base d’actions.

BAIIA[2] ajusté[3] : la perte de BAIIA ajusté pour le deuxième trimestre fiscal 2024, qui s’est terminé le 31 mars 2024, s’est élevée à 8,8 millions de dollars, comparativement à une perte de BAIIA ajusté de 10,0 millions de dollars pour le trimestre fiscal qui s’est terminé le 31 mars 2023.  Cette amélioration est principalement attribuable à la hausse des revenus et du bénéfice brut.

Perte nette : la perte nette pour le deuxième trimestre fiscal 2024, qui s’est terminé le 31 mars 2024, s’est élevée à 17,4 millions de dollars, comparativement à une perte nette de 13,6 millions de dollars pour le trimestre fiscal qui s’est terminé le 31 mars 2023.

  T2-2024 T2-2023
Revenus 1 857 071 475 044
Bénéfice brut 163 211 (824 719)
Perte d’exploitation (12 751 351) (12 506 076)
Charges financières, montant net 4 741 237 1 170 870
Perte avant impôt sur le revenu (17 402 523) (13 557 666)
Perte nette et perte globale (17 419 534) (13 557 666)
Perte nette et perte globale attribuables aux actionnaires de la Société (17 419 534) (12 578 888)
Perte par action
Perte nette par action ordinaire (de base et diluée) (en dollars) (0,61) (75,05)
Nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation 28 770 930 167 610
BAIIA (perte) (14 082 841) (12 061 016)
BAIIA (perte) ajusté (8 801 060) (9 958 678)

 

Bilan et liquidité[1]

Au 31 mars 2024, le solde de trésorerie consolidé de LeddarTech s’élevait à 14,3 millions de dollars, comparativement à 29,2 millions de dollars au 31 décembre 2023.

À propos de LeddarTech

Entreprise mondiale de logiciels fondée en 2007, basée à Québec et disposant de centres de R&D supplémentaires à Montréal et Tel Aviv (Israël), LeddarTech développe et propose des solutions logicielles complètes de fusion bas niveau de capteurs et de perception reposant sur l’intelligence artificielle qui permettent le déploiement d’applications ADAS, de conduite autonome (AD) et de stationnement.  Les logiciels de classe automobile de LeddarTech appliquent des algorithmes d’intelligence artificielle et de vision numérique avancés afin de générer des modèles 3D précis de l’environnement, pour une meilleure prise de décision et une navigation plus sûre.  Cette technologie performante, évolutive et économique permet la mise en œuvre efficace de solutions ADAS pour véhicules automobiles et hors route par les équipementiers et les fournisseurs de rang 1 et 2.

Ayant déposé plus de 160 demandes de brevets (dont 87 accordées) qui améliorent les capacités des systèmes d’aide à la conduite, de conduite autonome et de stationnement, l’entreprise a contribué à plusieurs innovations liées à des applications de télédétection.  Une plus grande conscience situationnelle est essentielle pour rendre la mobilité plus sûre, plus efficace, plus durable et plus abordable : c’est ce qui motive LeddarTech à vouloir devenir la solution logicielle de fusion de capteurs et de perception la plus largement adoptée.

Renseignements complémentaires disponibles sur www.LeddarTech.com et sur LinkedIn, Twitter (X), Facebook et YouTube.

Mesures financières non conformes aux IFRS

Une mesure financière non conforme aux IFRS est une mesure financière utilisée pour décrire notre performance financière, notre situation financière ou nos flux de trésorerie historiques ou futurs anticipés et, en ce qui concerne sa composition, soit exclut un montant qui est inclus dans, soit inclut un montant qui est exclu de, la composition de la mesure financière la plus directement comparable présentée dans les états financiers primaires consolidés de la Société.

Au deuxième trimestre de l’exercice 2024 (T2-2024), la Société a commencé à utiliser deux nouvelles mesures financières non conformes aux IFRS, car nous pensons que ces mesures financières non conformes aux IFRS reflètent nos résultats d’exploitation continus et permettent aux lecteurs de comprendre le point de vue et l’analyse de la direction sur notre performance.

Vous trouverez ci-dessous la description des mesures financières non conformes aux IFRS que nous utilisons pour expliquer nos résultats ainsi que les réconciliations avec les mesures financières IFRS les plus directement comparables.

Le BAIIA (perte) est calculé comme le bénéfice (perte) net avant les charges (produits) d’intérêts, l’impôt différé sur le revenu, l’amortissement des immobilisations corporelles, l’amortissement des actifs au titre de droits d’utilisation et l’amortissement des immobilisations incorporelles.

Le BAIIA (perte) ne devrait pas être considéré comme une alternative à la perte nette pour mesurer la performance, ni utilisé comme une mesure du flux de trésorerie.

Le BAIIA (perte) ajusté est calculé comme le BAIIA (perte), ajusté de la perte (gain) de change, de la perte (gain) sur la réévaluation des instruments financiers comptabilisés à la juste valeur, du gain ou de la perte sur modification de bail, de la rémunération à base d’actions, des frais d’inscription, des frais de transaction, des frais de restructuration et de la perte de valeur liée aux immobilisations incorporelles.

Énoncés prospectifs

Certains énoncés contenus dans le présent communiqué de presse peuvent être considérés comme des énoncés prospectifs au sens du Private Securities Litigation Reform Act de 1995 des États-Unis, de la section 27A du Securities Act de 1933, tel que modifié, et de la section 21E du Securities Exchange Act de 1934, tel que modifié (lesquels énoncés prospectifs comprennent également les énoncés prospectifs et les renseignements prospectifs au sens des lois canadiennes sur les valeurs mobilières applicables), y compris, mais sans s’y limiter, les énoncés relatifs à la stratégie, aux activités futures, aux perspectives, aux objectifs et aux projections financières et autres mesures financières anticipés de LeddarTech.  Les énoncés prospectifs comprennent généralement des énoncés de nature prévisionnelle qui dépendent d’événements ou de conditions à venir ou qui s’y réfèrent, et comprennent des termes tels que « pouvoir », « anticiper », « prévoir », « avoir l’intention de », « estimer », « planifier », « croire », « s’attendre à », « projeter de » et autres expressions similaires et verbes au futur et au conditionnel notamment.  Les énoncés qui ne sont pas des faits historiques sont des énoncés prospectifs.  Les énoncés prospectifs reposent sur des convictions et des hypothèses actuelles qui sont soumises à des risques et à des incertitudes et ne constituent pas des garanties de performance future.  Les résultats réels peuvent différer sensiblement de ceux contenus dans un énoncé prospectif en raison de divers facteurs, y compris, mais sans s’y limiter : (i) la possibilité que les avantages anticipés du récent regroupement d’entreprises de LeddarTech ne se réalisent pas; (ii) le risque que des litiges entre actionnaires liés au regroupement d’entreprises ou autres règlements ou enquêtes entraînent des coûts importants de défense, d’indemnisation et de responsabilité; (iii) l’évolution de la conjoncture économique générale et/ou des conditions propres à l’industrie; (iv) les éventuelles perturbations dues au regroupement d’entreprises susceptibles de nuire aux activités de LeddarTech; (v) la capacité de LeddarTech à retenir, à attirer et à embaucher du personnel clé; (vi) les réactions ou changements négatifs potentiels dans les relations avec les clients, employés, fournisseurs ou autres parties résultant du regroupement d’entreprises; (vii) l’incertitude commerciale potentielle, y compris les changements dans les relations commerciales existantes suivant le regroupement d’entreprises, susceptible d’affecter la performance financière de LeddarTech; (viii) les développements législatifs, réglementaires et économiques; (ix) l’imprévisibilité et la gravité d’événements catastrophiques, y compris, mais sans s’y limiter, les actes de terrorisme, le déclenchement ou l’escalade d’une guerre ou d’hostilités et toute épidémie, pandémie ou apparition de maladie (y compris la COVID-19), ainsi que la réponse de la direction à l’un des facteurs susmentionnés; (x) l’accès au capital et au financement et la capacité de LeddarTech à maintenir le respect des clauses restrictives de ses emprunts; (xi) la capacité de LeddarTech à exécuter son modèle d’affaires, à remporter des contrats de conception et à générer des revenus significatifs; et (xii) les autres facteurs de risque détaillés de temps à autre dans les rapports de LeddarTech déposés auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission (la « SEC »), y compris les facteurs de risque figurant dans le rapport annuel de LeddarTech sur le formulaire 20-F pour l’exercice financier terminé le 30 septembre 2023.  La liste des facteurs importants ci-dessus n’est pas exhaustive.  Sauf si la loi applicable l’exige, LeddarTech ne s’engage pas à réviser ou à mettre à jour les énoncés prospectifs, ni à mentionner d’autres énoncés prospectifs, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autres.

  T2-2024 T2-2023
Perte nette (17 419 534) (13 557 666)
Impôt différé sur le revenu
Amortissement des immobilisations corporelles 124 201 375 573
Amortissement des actifs au titre de droits d’utilisation 128 631 137 812
Amortissement des immobilisations incorporelles 180 248 15 905
Charges (produits) d’intérêts 2 903 613 967 360
BAIIA (perte) (14 082 841) (12 061 016)
     
Perte (gain) de change (13 187) 184 669
Perte (gain) sur la réévaluation des instruments financiers comptabilisés à la juste valeur 1 884 686
Gain sur modification de bail (39 305)
Rémunération à base d’actions 2 803 357 540 920
Frais d’inscription
Frais de transaction 646 230 788 776
Frais de restructuration 587 973
Perte de valeur liée aux immobilisations incorporelles
BAIIA (perte) ajusté (8 801 060) (9 958 678)

 

[1]     Tous les montants sont en dollars canadiens sauf indication contraire.

[2]     Bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements.

[3]    Ces mesures financières non conformes aux IFRS sont présentées par la Société car elles sont utilisées pour évaluer la performance opérationnelle.  Ces mesures financières non conformes aux IFRS n’ont pas de signification normalisée selon les IFRS et ne sont probablement pas comparables à des mesures similaires rapportées par d’autres sociétés.  Le lecteur est averti que ces mesures sont présentées dans le but de compléter, et non de remplacer, l’analyse des résultats financiers conformément aux IFRS.